Tribune – Pourquoi parle-t-on si peu de l’Éthiopie en France ?

lundi 24 janvier 2022 05:11:38

Sonia Le Gouriellec, Maîtresse de conférences en Science politique et spécialiste de la corne de l’Afrique, signe une tribune dans « The conversation », incitant à la prise de conscience.

Chercheurs associés

Le 1er novembre dernier, Sonia Le Gouriellec, Maîtresse de conférences en Science politique et spécialiste de la corne de l’Afrique, signe une tribune engagée dans « The conversation », alertant sur la situation actuelle en Ethiopie et interroge entre autre l’absence de couverture médiatique de cette guerre.

« « Trois enfants tués lors des frappes sur la capitale du Tigré » ? Les téléspectateurs savent-ils que ce bombardement est une attaque du pouvoir central, après un an de guerre ?

Savent-ils qu’une « opération de rétablissement de l’ordre constitutionnel », qui devait durer un mois, s’est intensifiée de jour en jour jusqu’à s’étendre dans tout le pays, un an plus tard ?

Se rendent-ils compte que la situation humanitaire est dramatique, que le Tigré est coupé du monde et qu’au moins 400 000 personnes ont « franchi le seuil de la famine » selon l’Organisation des Nations unies, et que près de 1,7 million de déplacés sont répartis dans le pays, 60 000 réfugiés le sont au Soudan, que la famine pourrait bientôt toucher plus d’un million de personnes ?

Non, personne ne s’en doute ni ne se l’imagine car cette guerre est très peu connue des Français. »*

*Extrait de l’article à retrouver sur le site de « The conversation »

Un enfant marche dans les alentours de Chenna, un village où 200 civils auraient été massacrés début septembre. Amanuel Sileshi/AFP