Filmer les procès, un enjeu social

mercredi 18 mai 2022 05:51:16

Ce projet porté par Sylvie Humbert, professeur HDR d’Histoire du droit, et Marie-Eve Saint Georges, Maître de conférences en sciences de l’Information et de la Communication à la FLSH, donnera lieu à deux évènements : le colloque international du 8 mars et l’accueil de l’exposition hors les murs, réalisée par les Archives nationales « filmer les procès, un enjeu social »

Filmer les procès, un enjeu social

Les procès, enregistrés à des fins historiques, sont devenus pour les chercheurs des matériaux pédagogiques. Depuis la loi du 11 juillet 1985, les Archives nationales disposent en effet de 2600 heures d’enregistrements d’archives audiovisuelles historiques permettant de combler par des images ce que les archives écrites des procédures judiciaires ne peuvent apporter. On y trouve les voix des différents acteurs de ces procès, les plaidoiries des avocats, les gestes, les regards, les silences. A la différence de ces archives judiciaires qui restent soumises durant 50 ans à l’autorisation des magistrats pour leur diffusion, les procès filmés sont régis par une loi spécifique et constituent des archives historiques, des documents d’histoire librement communicables dès que le procès est entièrement terminé.

En 2020, ces archives filmées ont été mises en lumière dans une exposition audiovisuelle inédite intitulée « Filmer les procès, un enjeu social. De Nuremberg au génocide des Tutsi au Rwanda », sous le commissariat scientifique de Martine Sin Blima-Barru et Christian Delage, et présentée aux Archives Nationales sur le site de Pierrefitte-sur-Seine d’octobre 2020 au 18 décembre dernier, et au centre IRIBA de Kigali (Rwanda) depuis le 27 janvier 2022.

Le projet « Filmer les procès, un enjeu social », qui prend place dans ce contexte, revêt ainsi deux dimensions :

COLLOQUE international
Les procès du génocide des Tutsi au Rwanda

Fruit du partenariat entre le C3RD et la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université catholique de Lille, avec le soutien des Archives nationales, de la fondation de l’Université catholique de Lille, de l’Association française pour l’Histoire de la Justice, de Institut international de recherche sur la conflictualité (IiRCO / OMIJ) [Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit de l’Université de Limoges], de Radio France Internationale et du centre IRIBA pour le Patrimoine Multimédia de Kigali

EXPOSITION
Filmer les procès, un enjeu social. De Nuremberg au génocide des Tutsi au Rwanda

Adaptation de l’exposition audiovisuelle des archives historique de la Justice, de Nuremberg au génocide des Tutsi au Rwanda

Le C3RD et la FLSH accueillent, du 15 mars au 8 avril 2022, l’exposition revisitée des archives audiovisuelles de la justice qui propose une immersion unique dans différents procès historiques intégralement filmés (1987-2018). Grâce à la loi du 11 juillet 1985, promue par le ministre de la Justice Robert Badinter, les caméras pénètrent dans le prétoire de procès hors norme, d’acteurs de la Shoah, de crimes contre l’humanité et du génocide des Tutsi au Rwanda. Grâce à l’archive filmée, il est possible de mieux connaître ces procès à haute valeur historique et de réfléchir sur l’acte de filmer comme conditionnant l’acte de regarder.